• De retour d'Istamboul

    Ma femme et moi avons passé une semaine de vacances début avril à Istamboul. C'était très agréable.

    Quelques notes sur les intérieurs et le shopping pour la maison...

    Je me suis vraiment surpris à aimer visiter les grandes mosquées et Sainte-Sophie, alors qu'en Europe, je réchigne à visite les églises et les cathédrales, même les plus fameuses. Il faut dire aussi que dans les grandes mosquées d'Istamboul, il y a des couleurs partout, le mobilier est plaisant, il y a beaucoup de lumière, plein de portes pour entrer et sortir comme on veut, on marche en chaussettes sur des tapis (c'est comme à la maison !), et contrairement aux églises et cathédrales que je réchigne toujours à visiter, il n'y a rien de "morbide".

    medium_mosquee_bleu.jpg

    Le Grand Bazar d'Istamboul est réellement remarquable. Il y a beaucoup de touristes, mais le lieu est magique, le choix de marchandises est époustouflant, et les rapports qualité/prix peuvent être réellement très alléchants. Un seul exemple : ma femme a acheté une très joli boite nacrée syrienne, pour environ 10 euros au Grand Bazar, et on en a vu une du même modèle pour 60 euros dans une boutique de l'aéroport quand on partait !

    L'image ci-dessous a été prise tôt le matin, à 8:03, quand le Grand Bazar ouvrait juste ; pas mal de boutiques étaient encore fermées, et il n'y avait pour ainsi dire encore personne.medium_grand_bazar_tot_le_matin.jpg

  • Des volets d'intérieur bien pratiques

    Dans mon appartement, une des premières choses que je pouvais voir quand je passais la porte d'entrée, c'était les fenêtres des voisins de l'autre côté de la rue ! Une des deux fenêtres du salon donne sur l'immeuble d'en face ; cette fenêtre mesure 1m20 de large et 1m80 de haut, et elle est située à 78 cm du sol.

    Le pire, c'est que cette fenêtre se trouve être devant le point le plus passant de l'appartement. Non seulement les fenêtres des voisins juste en face attiraient les regards des personnes dans le salon, mais en plus les personnes dans le salon étaient bien visibles pour les voisins situés juste en face. Et comme le chemin qui va du sauna à la cuisine ( = source de bières fraiches) passe impérativement devant cette fenêtre, il était impératif que je trouve une solution rapidement.

    La solution que j'ai trouvée me permet de bloquer la vue sans bloquer la lumière.

    medium_01_moucharabieh.3.JPG

    Ca paraît sombre sur la photo ci-dessus, c'est parce que l'ouverture de l'appareil photo est réglée sur la lumière du jour dans la rue, et non pas sur la lumière dans l'appartement.

    medium_02_pant_de_paravent.3.jpg
    J'ai utilisé un superbe pan de paravent indien (cf photo à gauche) que ma femme avait acheté en mauvais état quelques mois plus tôt.  Je l'ai coupé en deux morceaux, l'un de 1m20 et l'autre de 1m05, j'ai réajusté les panneaux pour qu'ils s'équilibrent visuellement, et j'ai fixé chaque moitié du pan de paravent dans l'embrasure de la fenêtre. Le résultat ressemble à un moucharabieh, que je peux très facilement faire passer en position ouverte, entr'ouverte, fermée.
     
    Je précise que ma femme n'a acheté qu'un pan, et pas le paravent entier, car la boutique n'avait que ce pan déglingué à vendre ! C'était un pan de paravent, très joliment ouvragé, de 2m25 de haut et 55cm de large.  Notez le panneau cassé, le 2e à partir du haut, et le grand panneau manquant au milieu. Tel quel, ce pan de paravent mesurait 2m05 de haut, et 55cm de large. Le sommet est une représentation du Taj-Mahal. 
    medium_03_chevilles.2.jpg

    On peut voir sur la photo au dessus les chevilles fixées au mur. Ce fut dur de les fixer sur le paravent, car celui-ci est fait dans un bois très dur. Plusieurs vis se sont cassées lorsque j'essayais de les visser ! Et les vis plus larges, et donc plus solides, elles faisaient craquer le bois ! Si c'était à refaire, je prendrais des chevilles plus larges, pour faire des trous moins près du bord du bois. Ce fut aussi dur de fixer le paravent au mur, car cette partie du mur était de très mauvaise qualité, c'était un amalgame de cailloux, de poudre pierreuse, de mortier, et de tout ce que les ouvriers avaient sous la main quand ils ont refait les fenêtres de l'immeuble dans les années 1970. Finalement, les volets que j'ai fixé tiennent solidement, mais j'ai bien sué pour 16 malheureux trous (4 chevilles, 4 trous par cheville) !

    La photo ci-dessous montre bien que les fenêtres des voisins étaient, pour ainsi dire, dans le salon ! Quand on passe l'entrée, ou qu'on sort de la cuisine (au premier plan, à droite de l'image) on est dans l'axe qui permet de voir l'intérieur de l'appartement d'en face, comment les voisins sont habillés, comment ils ont aménagé leurs intérieurs, ce qu'ils regardent à la télé, etc., ce que je trouve embarrassant.

     medium_04_immeuble_en_face.jpg
     
    medium_05_moucharabieh.jpg
    Les 2 photos ci-dessus permettent de visualiser l'avant et l'après. Le bord de la fenêtre étant à 78cm du sol, le volet de gauche "monte" à 78+120=198cm, et le volet de droite "monte" à 78+105=183cm. La partie du haut n'est pas recouverte, mais ce n'est pas gênant. Pour que le regard d'un voisin tombe sur notre intérieur via la partie supérieure de la fenêtre, il faudrait que le voisin ait le nez collé sur sa fenêtre... Alors que les voisins d'en face, je pouvais les voir quand j'étais à plusieurs mètres de la fenêtre, et qu'eux aussi étaient à plusieurs mètres...
     
    Le résultat est même un peu au delà de mes espérances ! Les tailles des 2 volets correspondent très bien à la taille de la fenêtre ; le panneau manquant dans le pan de paravent (cf 2e photo de cette note) s'est tranformé en un "creux" en bas des volets : les volets ne "flottent" pas en l'air, mais ils ne "balayent" pas ce qui est posé sur le rebord de la fenêtre (bougeoirs, objets décoratifs, dessous de verres...) Et au risque de passer pour un léger idiot, je confesse que je ne savais pas ce qu'était un moucharabieh avant que ma mère ne passe me rendre visite en Finlande, et ne me dise que ce que j'avais fait pouvait franchement être appelé un moucharabieh.
     
    Le pan de paravent a été acheté au magasin Intiaan Bazaar du tunnel de la gare de Helsinki, pour 50 euros. Le prix initial était de 100 euros, mais ma femme a fait baisser le prix au prétexte que ce n'était qu'un pan de paravent et pas un paravent entier, qu'un panneau manquait au milieu et qu'un autre panneau était cassé. J'avais reperé ce pan de paravent dans la vitrine quelques jours plus tôt ; il était à peine visible, il servait à présenter des tissus ! J'ai tout de suite voulu l'acheter, 100 euros me paraissait un prix honnête, j'ai rougi de ne payer que 50 euros... Pour l'installation, j'ai utilisé 4 chevilles (pour articuler les volets), 8 petites vis, 8 visses de taille moyennes, et 8 chevilles (pour les vis dans le mur). Bref, un coût très raisonnable, pour un résultat que ma femme et moi trouvons réussi sur le plan fonctionnel et sur le plan esthétique.
     
    Voila, merci d'avoir lu cette note jusqu'au bout ! J'espère que vous ne me trouverez pas un peu trop lourd à faire une note aussi longue sur quelque chose qui peut vous paraître trivial. Cinq photos juste pour montrer des volets, ca peut paraître bête, je m'en excuse. Si vous avez des commentaires ou des questions, n'hésitez pas à me les poser, j'y répondrai volontiers !

La dolce vita à Helsinki, dans un appart de 91m2, situé dans le quartier bohème de la ville