• Les conseils de M. Shui

    Il y a quelques années déjà (deux ans, pour être précis), j'ai lu et relu attentivement un ouvrage américain de Feng-Shui. Je me souviens de quelques enseignement du livre, et je me dis que ce qui est resté gravé dans ma mémoire, c'est ce qui devait être vraiment bon, en tout cas pour moi. Voici ce qu'il me reste du livre, de mémoire et sans filet :

    - Pour qu'on se sente bien quelque part, il faut qu'on s'y sente à l'abri. Les sièges doivent être dos au mur plutôt que dos à une fenêtre ou à un miroir, et ils ne doivent surtout pas être dos à une porte. Au dessus d'un siège ou d'un lit, il faut éviter de placer des plateaux d'étagères ou d'accrocher au mur quelque chose de lourd.

    - Tout ce qui est en position d'équilibre, d'instabilité, crée une tension, du stress. Même si ce n'est qu'un bouchon de liège posé debout au bord d'une table, et que sa chute n'entrainera rien de grave.

    - Il faut laisser de l'espace entre les objets, entre les meubles. Si vous avez un espace qui peut contenir un meuble de 100cm de haut et 50cm de large, il vaut mieux ne pas y mettre un meuble de plus de 90cm de haut et 40cm de côté.

    - Il faut toujours quelque chose sur un mur, même si ce quelque chose est matériellement petit.

    - De nombreux objets sont des conteneurs: un vide-poche est un conteneur, la console sur laquelle est posé le vide poche est un conteneur, le sol sur lequel est posé la console est un conteneur, une pièce est un conteneur. Mais un mur ou un plafond n'est pas directement un conteneur, car si vous cherchez où poser un livre, un carton ou un trousseau de clefs, vous ne pourrez pas le poser a proprement parler sur le mur ou au plafond.

    - Un conteneur ne doit jamais être vide s'il est mis en évidence. Si un panier en osier dans la cuisine est vide, il faut y mettre par exemple quelques grains de riz. Si un plateau d'étagère est vide, il faut y poser un livre, ou un CD, ou une boite, etc.

    - Un conteneur ne doit jamais être trop plein. Si ca arrive, il faut respirer un grand coup, tout enlever (du cagibi, de l'étagère, du bureau, du placard...) , et prendre les objets un par un en se demandant s'il faut les replacer dans le conteneur, ailleurs, ou les jeter.

    - Celui ou celle dont le logis contient des conteneurs très vides, il ou elle cherche quelqu'un qui viendrait remplir sa vie.

    - Celui ou celle dont le logis contient des conteneurs très pleins, il ou elle a une personnalité étouffante, ou alors c'est qu'il étouffe lui-même.

    - Ce que vous aimez peut déplaire à d'autres personnes, ce qui vous repousse peut être attirant pour d'autres. Et même vis à vis de vos ami(e)s les plus proches, il peut y avoir de grandes différences de goût.

    - Il faut essayer d'avoir plusieurs types de sièges dans la pièce principale, afin qu'un invité trouve un siège qui lui donne l'envie de s'asseoir, que ce soit un billot, un transat, un tabouret de bar, un siège droit et dur, un canapé moelleux, un fauteuil à accoudoirs, un tissu ou un coussin à même le sol, une chaise de couleurs vives et criardes, un banc rustique, une balancoire, etc.

    - A contrario, avoir des sièges pour tous les goûts, c'est aussi avoir des sièges qu'on évite d'utiliser, plus ou moins consciemment.

    - Il faut des objets qui nous rappellent nos ancêtres, d'où nous venons, ou plutôt des objets qui évoquent l'image qu'on se fait de là d'où nous venons. Qu'on le veuille ou non, on le fait, alors autant le faire consciemment.

    - Les objets qui sortent de l'ordinaire ont besoin de plus d'espace autour d'eux.

    - Les gros meubles sont pour les gens gros.

    - Pour la décoration de l'espace de travail, il faut éviter tout ce qui fait rêvasser : une carte postale de Tahiti, l'affiche d'une comédie, un jouet, un joli meuble peint, un tableau impressionniste, un souvenir d'enfance, un objet évocateur des hobbies (un boomerang, un cavalier de jeux d'échec, une balle de golf... ) etc.. Il faut préférer tout ce qui permet de retrouver et de garder la concentration : un bon gros dictionnaire, l'affiche d'un film d'Ingmar Bergman, un calendrier, une planche illustrée d'encyclopédie, une bonne représentation d'un Ganesh qui vous regarde dans les yeux, etc.

    - Note un peu hors sujet : Ganesh est (d'après Wikipedia) le dieu de la sagesse, de l’intelligence, de l’éducation et de la prudence, le patron des écoles et des travailleurs du savoir. C’est le dieu qui lève les obstacles. Certaines de ses représentations sont précisement faites pour que, quand vous les regardiez, vous trouviez la solution à votre problème, ou tout du moins les ressources qui vous permettront d'arriver au bout. J'ai bien sûr un bon poster de Ganesh juste à côté de mon ordinateur au travail, mais c'est la mise à plat des principes de décoration de bureau dans le livre de Feng-Shui qui m'a fait enlever un poster plaisant de Vishnu entouré de femmes portant des saris superbes, pour le remplacer par un Ganesh sérieux !

    - Tout ce qui a trait à l'aménagement Ba-gua de la maison, c'est du grand n'importe quoi (opinion personnelle après avoir lu le livre.)

    - Le conseil de l'auteure de ne pas inclure l'ordinateur dans la pièce principale, je suis allé sciemment outre, et c'est très bien comme ca. Je devine que l'auteure utilise l'ordinateur à la maison comme outil de travail, mais pour ma femme et moi, l'ordinateur à la maison ne sert aucunement pour des raisons professionnelles.

    - Il ne faut pas mettre d'images d'amis dans la chambre d'un couple (mais je ne suis pas sûr d'avoir lu ca dans le livre Feng-Shui, en fait).

    - Il ne faut pas penser à des moutons pour s'endormir, il faut plutôt penser à de l'eau, à une cascade qui s'écoule imperturbablement. (Idem, je crois avoir lu ca ailleurs)

    - Les Américains ont un goût épouvantable pour aménager leurs intérieurs (opinion personnelle après avoir lu le livre.)

    - Les Américains qui s'intéressent au Feng-Shui ont de grandes maisons (opinion personnelle après avoir lu le livre.)

    J'ai en général suivi, ou en tout cas admis, ces recommandations dont je me rappelle. Les recommandations dont je me rappelle sont bien sûr celles qui m'ont paru les plus pertinentes et éclairantes quand j'ai lu le livre. Les seuls points où je me suis sciemment mis en opposition, ce fut sur le ba-gua (l'arrangement des fonctions des pièces selon un quadrillage pré-établi et immuable), et le fait d'avoir un ordinateur dans le salon : c'est bien commode, pour utiliser Wikipedia ou Skype. Et maintenant que j'ai le livre sous les yeux, je vois qu'il y a pas mal de recommandations du livre que j'ai lues sans vraiment m'y intéresser : aménagement du jardin (je n'ai pas de jardin), couleurs (vues les photos dans le livre, le bon sens m'a fait sauter ce chapitre), choix des meubles (pareil)...

    Les références du livre: feng shui living, de Sharon Stasney, édition Sterling/Chapelle, ISBN 1-4027-0347-3.

    Voila, j'espère que mes souvenirs de cet ouvrage pourront vous être utiles d'une manière ou d'une autre !

    /Paul

  • Un voisin qui troue

    Ah, flute. Hum, que voyez-vous et qu'imaginez-vous en voyant la photo ci-dessous, prise dans l'entrée de l'appartement, il y a quelques jours (c'est ma main gauche sur la photo) ?

     c0a1494dfd91dbbe71e6c9bfa5f9d705.jpg

    Ca ressemble à de gros impacts de balle ! Et on voit même un morceau de métal au centre de chaque trou ! Mais ce n'est pas ca... L'explication, il faut la chercher du côté du jeune couple qui a acheté un appartement voisin au printemps dernier. Ils ont rénové leur appartement, et ils ont poussé un peu trop loin le foret de la perceuse. Pffff.... C'est un peu irritant les gens qui croient qu'il faut des vis de 30 centimètres de long pour suspendre un placard ou accrocher un tableau.

    Dieu merci, c'est dans l'entrée, c'est à dire dans une pièce de faible importance, et a priori dans un mur sans cable ou tuyauterie. En fait, ma femme et moi avons sans doute mis du temps à nous en apercevoir, car les trous étaient derrière des manteaux suspendus.

    Bon, on va contacter le syndic, et je ne m'inquiète pas du tout. A priori, un ouvrier va être envoyé pour reboucher tout ca, il y aura des discussions entre la compagnie qui assure l'immeuble et celle qui assure le voisin. J'ose même espérer que je n'aurai pas à payer le pot de peinture que l'ouvrier ou moi allons acheter pour repeindre le mur rafistolé. Et il y a une chose dont je suis sûr : le voisin n'a pas endommagé notre mur (tout au plus NOTRE peinture), parce que le mur, ce n'est pas ma femme et moi qui le possèdons, c'est la société de l'immeuble ! Ce que nous avons acheté en achetant un appartement, c'est des parts dans la société qui possède l'immeuble, et le droit de résider entre les murs de l'appartement...

     /Paul

La dolce vita à Helsinki, dans un appart de 91m2, situé dans le quartier bohème de la ville