divergences

  • Cuisine, pièce commune

    La cuisine de l'appartement est une cuisine couloir, de 3m20 de long, sur 1m de large dans la partie où on peut circuler. Si on inclut les meubles de cuisine dans la largeur, celle-ci est de 1,60m.

    4333c90d1f3f74103a8d4cf10bffa49c.gif

    L'espace au sol est limité. D'un point de vue pratique, on peut travailler côte à côte, mais on se croise difficilement dans cette cuisine couloir. D'un point de vue décoratif, il n'est pas facile d'insuffler de l'esprit ou de la déco, car pour voir ce qui est dans cette cuisine, il faut mettre le nez dessus.

    Pour ceux qui aiment les métaphores qui disent que la cuisine est le coeur ou l'âme de l'appartement, je suis navré de dire que chez nous, la cuisine fait penser à l'estomac, voire même à l'intestin (j'ose, parce qu'il est tard, trop tard, quand j'écris ce billet) : il y a des toilettes à un bout de la cuisine, le bout à droite sur l'image ci-dessus.

    Il n'y a ni chaise ni table. Il y a quand même le bar au bout du plan de travail, à gauche sur l'image ci-dessus, mais je considère que ce bar est plus dans le séjour que dans la cuisine. D'ailleurs, le sol de la cuisine, c'est du carrelage, et le sol du bar, c'est le parquet qu'on retrouve dans le reste de l'appartement.

    Pour donner une idée du manque de perspective de la cuisine, voila deux photos qui sont le mieux que je peux faire pour cadrer l'intérieur de la cuisine dans le point de fuite de la perspective. Ce n'est pas terrible comme angle de vue...

    f84b40c8c292fe85d634eebb50971c6b.jpg
    Ci-dessus, tentative numéro 1 pour photographier un mur de la cuisine : Le passage entre la cuisine et le coin repas du séjour.
    d3dc36631aaafe861c3dedc8315ff7e1.jpg
    Ci-dessus, tentative numéro 2 pour photographier un mur de la cuisine : La cuisine vue de l'entrée, avec vue sur le séjour.

    Pour ma femme, une cuisine est un lieu merveilleux où on peut mettre plein de petits objets chargés d'humour et de caractère. C'est un lieu où on trouve toujours un petit espace, entre deux boites de conserve ou deux verres, pour glisser une figurine ou un souvenir d'un voyage au japon. Il faut mettre en évidence la jolie vaisselle, les bouteilles aux formes élégantes (même si elles sont vides), les jolies boites de collection, et ranger dans les placards les boites de conserves et les paquets de pâtes ou autres denrées qui donnent à une cuisine un air d'épicerie.

    En général, c'est moi qui suis aux fourneaux, et l'essentiel, pour moi, c'est qu'une cuisine soit pratique : il faut mettre en évidence et à l'air libre les conserves et les paquets de pâtes ou de riz, afin de les avoir à portée de main et de pouvoir les inventorier d'un coup d'oeil ; il faut mettre la vaisselle dans les placards, même les jolis verres et les tasses de collection, afin de la protéger de la poussière ; et tout ce qui gêne ou gâche de la place doit sortir de la cuisine.

    En dépit de ces deux approches diamétralement opposées, un bon compromis a pu être trouvé, la cuisine est arrangée d'une manière assez satisfaisante pour ma femme et pour moi. Ce ne fut pas sans mal. La crise a explosé l'été dernier quand ma femme travaillait pendant tout le mois de juillet à Savonlinna, bien loin de Helsinki. Comme un vrai mufle, j'ai profité de son absence pour enlever tout ce que je jugeais franchement inutile dans la cuisine, même si c'était des petites choses que je jugeais charmantes ou qui ne gênaient pas, car quoi ! il fallait que j'aille au bout de ma logique, et j'ai mis tout ca dans plusieurs cartons. J'ai ensuite réorganisé la cuisine comme je l'entendais, et, on s'en doute, j'ai essuyé une grosse tempête quand ma femme est rentrée. Pour être franc, ma femme était bouleversée et furieuse, immensément frustrée de ne pas retrouver l'appartement tel qu'elle l'avait quitté un mois plus tôt ; et pour la première fois en 3 ans de mariage, elle est partie dormir chez sa demi-soeur qui habite à 10 minutes à pied. La demi-soeur de ma femme a dû jouer pendant une longue soirée le rôle de conseiller conjugal, ma femme est finalement rentrée dormir à la maison, et quelques semaines plus tard, nous avons déballé ensemble les cartons, fait le tri, réorganisé et redécoré la cuisine... ensemble. Mais pour arriver à ce résultat, nous aurions préféré une autre méthode, même si je ne sais pas laquelle aurait réussi, car toute mes tentatives précédentes, plus diplomatiques, avaient échoué.

    Bref, j'étais en train de dire que la cuisine était un couloir. En voila deux photos qui le montrent bien :

    6d90daacbaa16c42a5a9c99767490e2d.jpg

    Ci-dessus, photo prise du coin "bar". On voit la porte de la petite salle de bain au fond. C'est à dire que le point de fuite, il n'est pas dans la cuisine.

    aadc7c1d01990eba24bd98f336c87de1.jpg

    Ci-dessus, photo prise du coin "entrée". On voit la cheminée au fond, ainsi que, partiellement, un des tabourets jaunes du bar (au fond à gauche).

    Dans ces deux photos, on voit surtout l'air entre deux murs... Ah, on remarque quand même que la cuisine est effectivement tout en longueur, qu'il y a des tapis au sol, une gazinière et un plan de travail noir et brillant.

    Les tapis sont de vrais tapis orientaux faits mains, des belouchs iraniens, achetés à Rome lors d'un voyage de vacances en octobre 2004. Comme on peut s'en douter, si ces tapis sont dans la cuisine, c'est qu'ils ne sont pas particulièrement précieux. Ils étaient même déjà en état très moyen quand on les a achetés, ce qui nous a permis de les négocier pour seulement quelques dizaines d'euros chacun. Ca ne les empêche pas d'être jolis !

    Le plan de travail est en pierre, ce qui un plaisir quotidien à la vue, au toucher et à l'usage, un luxe dont on s'estime chanceux.

    Ma mère m'a dit qu'en France, ce type de pierre est utilisé pour les pierres tombales. Cela me convient très bien ! On vit toujours sur des morts. Je serai ravi de savoir que, quand ce sera mon tour d'être sous terre, ma tombe serve de banquette ou de table pour des pique-niques, comme les tombes du vieux cimetière de Helsinki, celui de Ruttopuisto (le Parc de la Peste) dans le quartier chic et branché de Punavuori. En attendant de faire moi-même une bonne photo de Finlandais en train de pique-niquer sur les tombes de ce parc si particulier en Finlande, voila une photo trouvée sur ce site de la ville, qui montre des passants assis sur les marches d'une des grandes tombes de ce parc.

    4b02b36cdb5bb35b8b0f5712de725d83.jpg

    Revenons à la cuisine, et essayons de trouver quelques-unes de ces figurines inutiles et charmantes dont je parlais. Voyons voir du côté de l'évier...

    00a1e71ec3478f29c83cec830f695414.jpg

    Sur cette photo de l'évier, on voit le savon et le porte-savon, éléments indispensables pour moi qui me lave constamment les mains quand je cuisine. Il y a l'allume-gaz, dans un porte-couverts qui sert aussi pour laisser sécher les spatules en bois qu'on lave à la main. Je précise un truc astucieux : j'ai collé des rondelles de liège sous le porte-couverts en bois, pour que l'eau en décampe plus rapidement.

    Et tout le long du petit muret de l'ouverture entre la cuisine et le salon, il y a des bougeoirs et des petites figurines. Il y a aussi une petite figurine accrochée à un clou au-dessus de l'évier. J'avais mis ce clou pour suspendre la petite passoire que j'utilise quand je cuisine et quand je vide l'eau des casseroles, mais ma femme a fermement refusé cet usage pour le clou... Revenons au petit muret, et examinons le de plus près.

    d5ccf58818e613162e05c03f7f885324.jpg

    À côté d'une brosse à crin très souple pour nettoyer les champignons et d'un bocal de dinette rempli de petites billes jaunes, deux petits lapins, un cochon et une poule font face à l'évier et se baladent entre les bougeoirs.

    Ma foi, si je fais un effort intellectuel, je peux trouver que ces animaux ont leur place dans une cuisine, d'un point de vue totémique, un peu comme des peintures de chasse dans la partie cuisine d'une grotte d'humains pré-historiques. Mais je suis mauvaise langue, ca ne gêne pas et c'est mignon.

    e33640f4fe210a06906dc58a895cc110.jpg

    Toujours dans la déco kitsch : la petite vache tachetée et à lunettes au-dessus de l'évier. La photo est prise de l'angle opposé, c'est à dire du salon, à travers la petite ouverture au dessus de l'évier. On voit un des murs de la cuisine au fond.

    En ce qui concerne la cuisine, je m'arrête là aujourd'hui, il faut que j'aille dormir ! J'y reviendrai plus tard, dans d'autres billets, très certainement dès le prochain, et je montrerai plus en détail les éléments pratiques et les éléments décoratifs.

    /Paul

La dolce vita à Helsinki, dans un appart de 91m2, situé dans le quartier bohème de la ville