intialainen

  • Mon meuble préféré

    Après avoir bien réfléchi sur ce que j'aime le plus dans les intérieurs d'appartement (voir la note précédente, du mercredi 6 juin), je suis arrivé à la conclusion que mon meuble préféré devait être celui qu'on voit à droite de la photo ci-dessous :

    medium_note_0014_01_meuble_fermé.jpg
    Bien sûr, c'est artificiel de préférer un meuble à un autre... c'est un jeu, sans plus. Si un incendie ravageait notre appartement et qu'un seul meuble survivait, je préférerais que ce soit le grand tapis du salon, un isfahan des années 1940 de grande qualité et en très bon état. Car tout dépend de la méthode (ou du jeu) qu'on suit pour déterminer le meuble préféré. 

    Donc, si je me fie à la liste que j'ai dressée dans la note précédente, ce petit meuble est un condensé de choses qui me plaisent :

    • c'est un meuble indien, de fabrication et d'esprit
    • il est principalement en bois et en verre, des materiaux agréables au toucher
    • il est simple, fonctionnel et utilisé
    • il possède de jolis détails : courbe élégante de la partie inférieure, joli motif du verre
    • on l'a agrémenté de nombreux petits éléments décoratifs, principalement des éléphants en tissus colorés, typiques de l'esprit de la décoration de notre appartement
    • il remplit une fonction admirable : j'y range les livres que je suis en train de lire, et ceux que j'ai le plus envie de lire ou relire. Or, dans ma note précédente, j'ai mis en premier, dans la liste des choses que j'aime le plus dans un intérieur :  les livres au format poche, les livres qu'on a prévu de lire ou de relire.
    • le tiroir contient des choses importantes qui doivent toujours être rangées sans risque d'être égarées : mon passeport, mon permis de conduire, le livret de famille.

    Le meuble est placé tout près de l'entrée (visible au fond de la photo ci-dessus), alors si je dois partir le matin et que je me rends compte que je n'ai pas de livre à lire dans mon sac, je tends la main vers ce petit meuble, et j'y pioche en 3 secondes un livre très désirable. En général aussi, c'est là que je vais en premier piocher un livre quand je suis d'humeur à lire un livre à la maison.

    medium_note_0014_02_meuble_ouvert.jpg

    C'est aussi dans ce petit meuble que je mets le dictionnaire finlandais-francais-finlandais, les cartes de Helsinki et les horaires de bus et de trains, c'est à dire des choses qui peuvent être utiles quand on quitte l'appartement, sans être indispensables. C'est aussi là que je range mes jeux de tarot, à ne pas oublier le vendredi matin pour les soirées de tarot au bar du vendredi soir.

     Il a été acheté dans un magasin de l'excellente enseigne suédoise Indiska, pour environ 65 euros (ou 55 ? ou 75 ?), si je me rappelle bien. Je me demande si je ne devrais pas en acheter un autre du même modèle, à mettre près de la tête du lit dans la chambre à coucher.

    Pour la petite histoire, il s'est passé quelque chose d'intéressant dans l'installation de ce meuble. Il est placé au dessus d'une console, qui sert de vide-poche. Or, quand on a emmenagé, et qu'il n'y avait pas encore le petit meuble de cette note, on a placé là cette console, mais ca n'allait pas, on la voyait mal quand on passait de la cuisine à la table à manger, elle gênait. On l'a donc mise ailleurs. Ensuite, on a acheté le petit meuble de cette note, on l'a fixé au mur, et j'ai eu l'idée de remettre là la console qui n'avait pas trouvé de place satisfaisante ailleurs dans l'appartement. Et cette fois, ca a marché ! On ne s'y cognait plus, parce que le meuble à hauteur des yeux faisait qu'instinctivement, on ne cherchait plus à passer le long du mur.

    Et pour ceux qui seraient curieux de savoir quels livres il y a (on ne peut pas en lire les tranches sur la photo au dessus), pour ceux aussi qui aiment les inventaires, voila la liste des livres en ce dimanche 3 juin où j'écris cette note :

    • Rimbaud, oeuvres poétique, à finir, à relire
    • Ulysse, tome 2, de James Joyce, à finir
    • Le Finnois sans peine, méthode Assimil, à finir
    • L'élégie érotique romaine, de Paul Veyne, à finir
    • L'urbanisme face aux villes anciennes, de Gustavo Giovannoni, à finir (presque fini)
    • Odyssée, d'Homère, à finir dans cette édition là (lue dans d'autres éditions)
    • Essais I, de Michel de Montaigne, à finir
    • Lecons de sagesse, le soutra du coeur, du Dalaï-Lama, à finir
    • Le livre noir, d'Orhan Pamuk, à finir
    • Histoire romaine de Tite-Live, la seconde guerre punique, livres XXI à XXV, fini, à remettre dans la bibliothèque
    • Iliade, d'Homère, traduction par Eugène Lasserre, à relire, et à relire encore
    • Les poètes du Grand Jeu, à finir, à relire, et à relire encore
    • La prisonnière, de Proust, à relire, et à relire encore
    • dictionnaire jaune Gummerus, finlandais-francais-finlandais

    /Paul

  • Des volets d'intérieur bien pratiques

    Dans mon appartement, une des premières choses que je pouvais voir quand je passais la porte d'entrée, c'était les fenêtres des voisins de l'autre côté de la rue ! Une des deux fenêtres du salon donne sur l'immeuble d'en face ; cette fenêtre mesure 1m20 de large et 1m80 de haut, et elle est située à 78 cm du sol.

    Le pire, c'est que cette fenêtre se trouve être devant le point le plus passant de l'appartement. Non seulement les fenêtres des voisins juste en face attiraient les regards des personnes dans le salon, mais en plus les personnes dans le salon étaient bien visibles pour les voisins situés juste en face. Et comme le chemin qui va du sauna à la cuisine ( = source de bières fraiches) passe impérativement devant cette fenêtre, il était impératif que je trouve une solution rapidement.

    La solution que j'ai trouvée me permet de bloquer la vue sans bloquer la lumière.

    medium_01_moucharabieh.3.JPG

    Ca paraît sombre sur la photo ci-dessus, c'est parce que l'ouverture de l'appareil photo est réglée sur la lumière du jour dans la rue, et non pas sur la lumière dans l'appartement.

    medium_02_pant_de_paravent.3.jpg
    J'ai utilisé un superbe pan de paravent indien (cf photo à gauche) que ma femme avait acheté en mauvais état quelques mois plus tôt.  Je l'ai coupé en deux morceaux, l'un de 1m20 et l'autre de 1m05, j'ai réajusté les panneaux pour qu'ils s'équilibrent visuellement, et j'ai fixé chaque moitié du pan de paravent dans l'embrasure de la fenêtre. Le résultat ressemble à un moucharabieh, que je peux très facilement faire passer en position ouverte, entr'ouverte, fermée.
     
    Je précise que ma femme n'a acheté qu'un pan, et pas le paravent entier, car la boutique n'avait que ce pan déglingué à vendre ! C'était un pan de paravent, très joliment ouvragé, de 2m25 de haut et 55cm de large.  Notez le panneau cassé, le 2e à partir du haut, et le grand panneau manquant au milieu. Tel quel, ce pan de paravent mesurait 2m05 de haut, et 55cm de large. Le sommet est une représentation du Taj-Mahal. 
    medium_03_chevilles.2.jpg

    On peut voir sur la photo au dessus les chevilles fixées au mur. Ce fut dur de les fixer sur le paravent, car celui-ci est fait dans un bois très dur. Plusieurs vis se sont cassées lorsque j'essayais de les visser ! Et les vis plus larges, et donc plus solides, elles faisaient craquer le bois ! Si c'était à refaire, je prendrais des chevilles plus larges, pour faire des trous moins près du bord du bois. Ce fut aussi dur de fixer le paravent au mur, car cette partie du mur était de très mauvaise qualité, c'était un amalgame de cailloux, de poudre pierreuse, de mortier, et de tout ce que les ouvriers avaient sous la main quand ils ont refait les fenêtres de l'immeuble dans les années 1970. Finalement, les volets que j'ai fixé tiennent solidement, mais j'ai bien sué pour 16 malheureux trous (4 chevilles, 4 trous par cheville) !

    La photo ci-dessous montre bien que les fenêtres des voisins étaient, pour ainsi dire, dans le salon ! Quand on passe l'entrée, ou qu'on sort de la cuisine (au premier plan, à droite de l'image) on est dans l'axe qui permet de voir l'intérieur de l'appartement d'en face, comment les voisins sont habillés, comment ils ont aménagé leurs intérieurs, ce qu'ils regardent à la télé, etc., ce que je trouve embarrassant.

     medium_04_immeuble_en_face.jpg
     
    medium_05_moucharabieh.jpg
    Les 2 photos ci-dessus permettent de visualiser l'avant et l'après. Le bord de la fenêtre étant à 78cm du sol, le volet de gauche "monte" à 78+120=198cm, et le volet de droite "monte" à 78+105=183cm. La partie du haut n'est pas recouverte, mais ce n'est pas gênant. Pour que le regard d'un voisin tombe sur notre intérieur via la partie supérieure de la fenêtre, il faudrait que le voisin ait le nez collé sur sa fenêtre... Alors que les voisins d'en face, je pouvais les voir quand j'étais à plusieurs mètres de la fenêtre, et qu'eux aussi étaient à plusieurs mètres...
     
    Le résultat est même un peu au delà de mes espérances ! Les tailles des 2 volets correspondent très bien à la taille de la fenêtre ; le panneau manquant dans le pan de paravent (cf 2e photo de cette note) s'est tranformé en un "creux" en bas des volets : les volets ne "flottent" pas en l'air, mais ils ne "balayent" pas ce qui est posé sur le rebord de la fenêtre (bougeoirs, objets décoratifs, dessous de verres...) Et au risque de passer pour un léger idiot, je confesse que je ne savais pas ce qu'était un moucharabieh avant que ma mère ne passe me rendre visite en Finlande, et ne me dise que ce que j'avais fait pouvait franchement être appelé un moucharabieh.
     
    Le pan de paravent a été acheté au magasin Intiaan Bazaar du tunnel de la gare de Helsinki, pour 50 euros. Le prix initial était de 100 euros, mais ma femme a fait baisser le prix au prétexte que ce n'était qu'un pan de paravent et pas un paravent entier, qu'un panneau manquait au milieu et qu'un autre panneau était cassé. J'avais reperé ce pan de paravent dans la vitrine quelques jours plus tôt ; il était à peine visible, il servait à présenter des tissus ! J'ai tout de suite voulu l'acheter, 100 euros me paraissait un prix honnête, j'ai rougi de ne payer que 50 euros... Pour l'installation, j'ai utilisé 4 chevilles (pour articuler les volets), 8 petites vis, 8 visses de taille moyennes, et 8 chevilles (pour les vis dans le mur). Bref, un coût très raisonnable, pour un résultat que ma femme et moi trouvons réussi sur le plan fonctionnel et sur le plan esthétique.
     
    Voila, merci d'avoir lu cette note jusqu'au bout ! J'espère que vous ne me trouverez pas un peu trop lourd à faire une note aussi longue sur quelque chose qui peut vous paraître trivial. Cinq photos juste pour montrer des volets, ca peut paraître bête, je m'en excuse. Si vous avez des commentaires ou des questions, n'hésitez pas à me les poser, j'y répondrai volontiers !

La dolce vita à Helsinki, dans un appart de 91m2, situé dans le quartier bohème de la ville