tire-bouchon

  • Il s'est cassé

    Il y a quelques semaines, il s'est cassé.

    Dans l'indifférence de l'évènement et de l'objet, je n'ai même pas pensé à en prendre une dernière photo. Pourtant, en Finlande, l'usage est de prendre des photos lors des enterrements. Mais je digresse. En fouillant après coup dans mes archives, j'en ai trouvé une photo, quand il était encore valide.

    3bd7b5f5cce1bde6dbd34b11d3309385.gif

    C'était un tire-bouchon blanc, du genre qu'on nomme "à deux crans", "à double levier", à "ailettes", et plus communément "un Charles de Gaulle". Il a cassé, à l'endroit indiqué par des pointillés, lors d'une banale ouverture de canette de bière.

    63a3917f38a8cb9ae3ab01d01756f266.gif

    La première chose à laquelle j'ai pensé, c'est l'étonnante faiblesse de l'objet au point où il s'est cassé, et l'impossibilité totale d'utiliser cet objet, ou de le réparer, une fois que ce point faible s'est brisé. Un sacré défaut de conception ! Et il est parti à la poubelle.

    J'avais acheté cet objet il y a quelques années (sans doute il y a 6 ans), et j'ai été un peu étonné que cet objet se casse lors d'un usage normal. Je ne l'avais pas vu vieillir, il n'avait pas perdu de sa couleur ou de sa facilité d'usage.

    Suis-je maintenant si vieux que certains des objets autour de moi sont en fin de vie, alors que dans mes yeux, ils sont encore solides et flambants neufs, comme quand je les avais achetés, hier ?

    Comme on dit d'un ex, s'il s'est cassé, c'est qu'il ne valait sans doute pas grand chose. Ca me rassure. Je n'aimerais pas que les objets que j'aime vraiment me lachent. Hormis quelques verres et assiettes, je ne vois pas quel objet que j'ai acheté et couvé se serait cassé ; en tout cas, parmi les objets de valeur et dont on s'attend à ce qu'ils durent toute une vie, sans qu'on se lasse d'eux, et eux de nous.

    À ce tire-bouchon, je préférais le tire-bouchon de sommelier que ma mère m'avait offert il y a quelques années, pour un Noël ou un anniversaire. C'est un outil bien plus commode pour ouvrir une bouteille ou décapsuler une cannette, la prise s'ajuste mieux, surtout sur les bouchons récalcitrants. L'outil possède aussi une petite lame pour découper le papier qui enserre le bouchon des bouteilles. Il prend moins de place. Et il est bien plus solide.

    9c1d21d0f02a2f5dbfc0ddd3de070ca5.jpg

    Alors, pour ouvrir cette cannette fatale, pourquoi ai-je pris le tire-bouchon blanc plutôt que le tire-bouchon de sommelier ? Était-ce parce que, selon une loi bien connue en économie, la mauvaise monnaie chasse la bonne ? Non, la réponse est simple, et relève d'un point de design qui donnait finalement un avantage à ce malheureux tire-bouchon que je n'ai jamais beaucoup aimé : suspendu à un crochet, il était bien plus facile à décrocher et raccrocher que le tire-bouchon de sommelier !

    Conclusion : il faut que j'achète un décapsuleur du modèle le plus plat et le plus basique qui soit : solide et facile à décrocher et raccrocher.

    Voila, c'est fou ce que ca peut me faire méditer, un tire-bouchon qui se brise.

    /Paul

La dolce vita à Helsinki, dans un appart de 91m2, situé dans le quartier bohème de la ville